Girlykreyol - W
Rachelle : « Je n’essaie pas de raconter notre société. Je raconte ce que je vis, ce que j’ai vécu ou ce que je vois, comment je ressens la vie. »

LE 22/05/2018 | PAR Sélène Agapé | Musique

Dans la lignée des grandes voix de la musique antillaise, une nouvelle génération prometteuse d’artistes se profile. Rachelle Allison est l’une des pépites sur lesquelles veiller. Son histoire d’amour avec la musique remonte à sa tendre enfance, sous fond de Tanya Saint-Val, Mariah Carey, Gilles Floro, Shabba Ranks, Michael Jackson, Édith Lefel, Buju Banton, Tony Braxton. Des inspirations plurielles qui illustrent l’éclectisme de son répertoire (dancehall, soul, R’n’b, pop…). Sincère, réservée, surprenante, attachante…, la Guadeloupéenne de 29 ans est l’une des têtes d’affiche du Festival des Mémoires vivantes, Éritaj, les 25, 26 et 27 mai aux Marches des Esclaves de Petit-Canal en Guadeloupe. 


Girlykréyòl : Bonjour Rachelle Allison. Vous êtes originaire de la Guadeloupe, fière de votre culture que vous n’hésitez pas à mettre en avant. Alors que représente le festival Éritaj pour vous ?
Rachelle Allison :
Bonjour, le festival représente pour moi un moyen d’honorer la mémoire de nos ancêtres. C’est un rassemblement pour se souvenir ensemble avec l’un des plus beaux héritages que nous a laissés cette terrible époque, l’expression artistique de nos émotions.

Girlykréyòl : La culture, les relations amoureuses, la féminité… Ce sont des thématiques que l’on retrouve dans vos chansons. Comment parvenez-vous à raconter notre société à travers votre musique ?
Rachelle Allison :
Je n’essaie pas de raconter notre société. Je raconte ce que je vis, ce que j’ai vécu ou ce que je vois, comment je ressens la vie. C’est un peu égoïste, mais au-delà de la volonté de véhiculer un message, j’essaie avant tout d’exprimer ce sur quoi j’ai du mal à mettre des mots dans la vie de tous les jours. Je suis assez pudique avec mes émotions et je crois bien que c’est une particularité spécifique à notre communauté. Je suppose que mon échappatoire devient celle de ceux et celles qui se retrouvent dans mes textes.

© Xavier DOLLIN • Xavibes
© Xavier DOLLIN • Xavibes
Girlykréyòl : Vous avez fait des études en Management et Stratégie d’Entreprise et ne cachez pas votre volonté de vivre de votre musique, vous pourriez développer un projet d’entreprise dans ce sens ?
Rachelle Allison :
Non. Quand j’ai décidé de me lancer, je ne me doutais pas de tout ce que ça impliquait, communication, relationnel, stratégie. Et j’admets volontiers que ce n’est pas la partie que je préfère. J’aimerais me concentrer sur la créativité et m’éloigner au max de la partie business. Mais j’ai un tas d’autres idées hors musique à développer ! Cela dit, je pourrais me servir de mon auditoire pour développer un projet qui me tiendrait à cœur.

Girlykréyòl : Vous portez aussi un regard attentif sur notre jeunesse : quels sont les conseils que vous pourriez prodiguer à des jeunes ?
Rachelle Allison :
Ne pas avoir peur d’être ambitieux. Nos parents sacrifient leur vie pour garantir notre avenir, et faire de nous des adultes accomplis. Je crois qu’au début de notre vie on doit se concentrer sur nous uniquement et comprendre quel genre d’adulte on veut devenir. Élaborer un plan, prévoir un plan B, voire un plan C. Et s’y tenir, croire en soi.

Girlykréyòl : D’ailleurs, lorsqu’on demande à vos fans ce qu’ils apprécient particulièrement chez vous, ils citent votre authenticité. Comment êtes-vous parvenue à nouer ce lien avec eux, tout en protégeant votre vie privée ?
Rachelle Allison :
J’essaie d’avoir une certaine constance dans mes échanges avec les gens. Sur les réseaux par exemple, je vais partager autant des infos sur mon activité musicale que sur les potions que je concocte pour mes masques capillaires. Je n’hésite à provoquer l’interaction en posant des questions, en demandant des conseils ou en partageant un moment agréable. Ça permet aussi de maîtriser l’information.

Girlykréyòl : Quels sont vos projets pour l’année à venir ?
Rachelle Allison :
J’ai prévu de sortir quelques singles, de belles collaborations à venir et j’espère un album à l’image de cette aventure musicale 2018 !

Facebook  & YouTube RACHELLE ALLISON
SITE  FESTIVAL ÉRITAJ


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :

Premier Magazine Féminin des Antilles-Guyane sur le Web - Tous droits réservés © 2010-2017

App Store Facebook Twitter Google+ YouTube Channel Podcast